• Document: Histoire de la sexualité : voir ailleurs sij'y suis
  • Size: 1.2 MB
  • Uploaded: 2019-05-17 00:02:32
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

Histoire de la sexualité : voir ailleurs si j'y suis Et quelques réflexions autour de l'épistémologie foulcadienne Gaston Desjardins* Cet article propose d'abord une appréciation des grands courants relatifs à la sexualité qui ont traversé l' historiographie, tout enfaisant état de problèmes théoriques et méthodologiques inhérents à ce genre de démarche. On y retrouve par la suite, en référence aux travaux de Michel Foucault, des considérations plus spécifiques liées au problème continuité-discontinuité. Ces divers éléments débouchent sur une réflexion qui met en rapport la démarche singulière en histoire de la sexualité et le phénomène plus global de la quête historienne. This article begins with an appraisal of the major trends in sexuality examined by historiography, and reviews the theoretical and methodological problem inherent in such an approach. It then proceeds to a more specifie examination of the continuity- discontinuity problem, in reference to the works of Michel Foucault. These various elements lead to a discussion ofthe peculiar approach to the history ofsexuality compared to historical investigation in general. Le sexe est mort, a-t-on dit. Comme jadis le grand Pan. Mort d'être trop dit, de vouloir trop paraître; pulvérisé, dissous, quelque part entre l'absence et la pléthore. Le mot se décompose. De cet humus, chacun pourrait garder l'espérance secrète1 de voir renaître une image moderne de ce petit ange aux flèches ensorcelées. Le sexe est mort, un nouveau sexe est appelé à régner. * Gaston Desjardins est historien et chargé de cours à l'UIÙversité du Québec à Montréal. Cet essai était déjà rédigé au moment où j'ai pris connaissance du livre de Serge Gagnon, intitulé Plaisir d'amour et crainte de Dieu, Les Presses de l'UIÙversité Laval, 1990. Il faut considérer que je ne traite pas, comme d'un élément très spécifique, de l'historiographie québécoise. D'autre part, le survol critique présenté ici n'explore pas la littérature concernant le rapport sexualité-religieux ou sacré. Le regard psychanalytique a aussi été écarté, d'où l'absence de renvois à des travaux majeurs comme ceux de Peter Gay. Pour une analyse de ces aspects particuliers, je renvoie à ma thèse de doctorat, « Transformation des normes sexuelles au Québec: l'adolescence 1940-1960», UIÙversité du Québec à Montréal, 1992. 1. U~e impression qui se dégage de nombreux ouvrages. Voir, par exemple, Marcelle Brisson, dir., Eros au pluriel, Montréal, Hurtubise, 1984. Histoire sociale-SocialHistory, Vol. XXV, nO 49 (mai-May 1992): 101-123 102 HISTOIRE SOCIALE - SOCIAL HISTORY TI ne saurait être question ici ni de mise en abûne2 ni de quête nostalgique d'une mythologie évanescente. Mes ambitions sont plus prosaïques. Le cheminement que je propose tient d'une démarche exploratoire. D'abord, une reconnaissance générale du paysage, une sorte d'état des lieux, en s'interrogeant sur les courants multiples qui ont traversé l'historiographie récente. Dans le foisonnement des ouvrages touchant l 'histoire de la sexualité, je voudrais souligner de façon succincte quelques-uns des problèmes théoriques et méthodologiques auxquels ce genre d'étude vient constamment se buter. Ensuite, dans une perspective plus globalisante, les travaux de Michel Foucault, dont l'influence fut considérable dans ce champ d'étude, me ser- viront de support pour aborder la problématique liée au rapport continuité- discontinuité. TI ne faut pas s'attendre ici à l'illustration ou à la défense d'un projet d'étude spécifique: ma démarche se veut questionneuse, elle élaborera plus volontiers sur la manière d'aborder les problèmes que sur les éventuelles réponses. J'essaierai, en fin de parcours, de raccorder ces quelques éléments de réflexion à des considérations plus générales sur la connaissance historique. 1- État des lieux A) La notion de sexualité Posons au préalable ce qu'il faudrait considérer lorsqu'on aborde une notion comme celle de sexualité. Le XIX" siècle a consacré l'usage du moe à travers un enchevêtrement de phénomènes : développement du savoir, impératifs stratégiques du pouvoir, tensions politiques et sociales, transforma- tion du cadre de vie matérielle et culturelle, élaboration d'appareils et de pratiques institutionnelles variées, mise en place d'instruments de contrôle, d'encadrement4 • Le vocable impliquerait par le fait même une espèce de renouvellement des rapports à soi et aux autres avec des effets spécifiques dans la manière de se percevoir, de se reconnat"tre individuellement et sociale- ment au milieu d'un système changeant de règles et d'obligations. Ce que recouvre la notion moderne de sexualité s'établit donc, selon une perception aujourd 'hui fort répandue, co

Recently converted files (publicly available):