• Document: OTTO DIX : LES JOUEURS DE SKAT (1920)
  • Size: 927.37 KB
  • Uploaded: 2019-06-13 18:45:31
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

FICHE D’HISTOIRE DES ARTS OTTO DIX : LES JOUEURS DE SKAT (1920) Date de réalisation de Joueurs de skat (1920) Première Guerre Deuxième Guerre Mondiale : 1914-1918 Mondiale : 1939-1945 1933 : Hitler devient chancelier Présentation de l’œuvre Titre : Les joueurs de skat (Die Skatspieler) Auteur : Otto Dix (1891-1969) Date : 1920 Lieu de conservation : Berlin, Galerie nationale Huile sur toile et collage 110 x 87 cm Courant artistique : Expressionnisme Otto Dix (1891-1969) Peintre allemand, engagé volontaire au début de la première guerre mondiale, a été blessé au combat. En 1927, il devient professeur de peinture. A l’arrivée des nazis au pouvoir, il est renvoyé. Ses œuvres sont alors retirées des musées, brûlées ou exposées lors de l’exposition nazie «art dégénéré». Durant la Seconde Guerre mondiale, il est envoyé sur le front occidental où il est fait prisonnier. En 1959, il reçoit l’ordre du mérite de la RFA. Arts du visuel Arts, états et pouvoir Le XXè siècle et notre époque Contexte de l’œuvre Contexte artistique : l’artiste expressionniste livre sa vision de la réalité. Il laisse libre cours à son inspiration et exprime ses sentiments. Son travail interpelle, interroge ou choque. Ce mouvement est né en Allemagne au début du XX°siècle. C’est une peinture agressive qui n’hésite pas à critiquer la société comme le fait Otto Dix avec « Les joueurs de skat ». Contexte historique : œuvre réalisée en 1920 soit deux ans après la fin de la Première Guerre Mondiale. Avant la guerre, c’est « La belle époque ». On vit dans l’insouciance. La guerre envoie au front un nombre important de soldats qui pour beaucoup n’en reviendront pas. Ceux qui en reviennent ont été transformés à jamais, y compris physiquement pour ceux que l’on surnommera les « gueules cassées » : les mutilés et invalides de guerre. Brève description de l’œuvre Le tableau, peu profond, n’est composé que de deux plans. Au premier plan trois hommes jouent aux cartes autour d’une petite table ronde qui semble être celle d’un bistrot. Les chaises cannées, le porte-manteau et les journaux suspendus par des réglettes en bois à l’arrière-plan confirment cette impression que la scène se passe dans un lieu de détente tel qu’un café ou une brasserie, où des hommes jouent au skat ; jeu de cartes populaire en Allemagne. Une lampe éclaire faiblement la pièce. Les trois personnages sont visiblement des invalides de guerre, d’anciens soldats mutilés au front mais revenus vivants. Leurs visages comme leurs corps en gardent encore les séquelles. Les techniques Les couleurs : bleu, vert, gris pour les personnages et marron clair à très foncé pour le décor qui les entourent. L’ensemble baigne dans une atmosphère «terreuse». Otto Dix utilise la technique du clair-obscur (contraste entre couleurs claires et couleurs foncées) pour mettre en avant les trois hommes. La lumière : elle vient de l’ampoule en arrière plan en haut à gauche. Mais les ombres des chaises sur le sol nous indiquent aussi qu’une autre source de lumière est présente hors-champ à droite. La composition : on observe plusieurs lignes de force qui partent de la gauche et forment comme un éventail en s'élargissant vers la droite. Cela créé un effet cinétique, évoquant le mouvement dans l'image. Les lignes sont confuses : il n’y a pas de point de fuite ou de fuyantes. La désorganisation du tableau renvoie ainsi au chaos de la guerre et des combats. Les trois personnages sont disposés selon le schéma classique de la composition pyramidale (en triangle). Le

Recently converted files (publicly available):