• Document: Le massif volcanique de l'itasy (Madagascar)
  • Size: 1.33 MB
  • Uploaded: 2019-02-13 07:55:50
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

René Battistini Le massif volcanique de l'Itasy (Madagascar) In: Annales de Géographie. 1962, t. 71, n°384. pp. 167-178. Citer ce document / Cite this document : Battistini René. Le massif volcanique de l'Itasy (Madagascar). In: Annales de Géographie. 1962, t. 71, n°384. pp. 167-178. doi : 10.3406/geo.1962.16163 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1962_num_71_384_16163 LE MASSIF VOLCANIQUE DE L'ITASY (MADAGASCAR) (Pl. VI-VIII.) Situé à 70 km environ à l'Ouest-Sud-Ouest de Tananarive, le massif volcanique de l'Itasy est, comme la chaîne des puys dans le Massif Central français, un véritable musée de formes volcaniques simples. Des cônes de scories avec leurs coulées, des dômes trachytiques, des cratères d'explosion, souvent encore dans un état de fraîcheur remarquable, y ont proliféré sur une superficie d'environ 400 km2, pour le plus grand plaisir des touristes et des vulcanologues. Ce groupement de volcans s'allonge sur 30 km environ du Nord au Sud. Il est séparé par une vingtaine de kilomètres de l'important massif volca nique de l'Ankaratra, qui culmine à 2 644 m au Tsifajavona (troisième sommet de Madagascar après le Tsaratanana : 2 879 m et l'Andringitra : 2 666 m). L'Ankaratra représente la partie la plus ancienne de ce grand complexe volcanique des hautes terres centrales malgaches ; construit à la fin du Tert iaire, il est aujourd'hui largement démantelé par l'érosion. Les volcans de l'Itasy correspondent, avec les puys de la région de Betafo-Antsirabe qui leur font pendant au Sud, aux toutes dernières manifestations volcaniques de ce grand ensemble. L'étude de base sur le volcanisme de l'Itasy est le mémoire de A. Lenoble, dont l'auteur reste le meilleur connaisseur de cette région1. Consacré surtout à la géologie du massif et au dynamisme des éruptions, ce travail comporte aussi de nombreux renseignements sur la morphologie des appareils et des coulées. Aussi l'utiliserons-nous largement. La couverture aérienne du Service Géographique, et la parution d'une carte topographique au 1 : 100 000, permettent toutefois de compléter aujourd'hui ce premier tableau. Nous nous en sommes servis pour dresser une esquisse de carte morphologique du massif. Un aspect essentiel de la région volcanique de l'Itasy tient à ce que les volcans y ont poussé sur une topographie prévolcanique très différenciée dans les gneiss et les granites stratoïdes du système du Graphite. Le caractère « postiche » de la construction volcanique apparaît d'autant mieux que les produits volcaniques n'ont atteint en général qu'une faible puissance, les projections se bornant, souvent, à un simple saupoudrage des formations latéritiques d'altération des gneiss sous-jacentes. Pour cette raison, bien des reliefs dans le socle, aux abords immédiats du massif volcanique, comme l'Ambohi-trimanjaka par exemple, dominent nettement les puys et les dômes même les plus élevés. Pour cette raison aussi, le socle affleure en de nombreux endroits au cœur même du massif volcanique. Les principales coulées ont toujours plus ou moins obéi aux sollicitations topographiques 4. A. Lenoble, Elude sur la. Géologie de Madagascar, le massif volcanique de l'Itasy (M. Ac. Malg., 1940, p. 43-77). 168 ANNALES DE GÉOGRAPHIE du relief prévolcanique, dont elles ont envahi les vallées et, d'une manière générale, toutes les parties dépressionnaires. I. — Les différents types d'appareils A. Lenoble reconnaît les marques de manifestations stromboliennes, ultravulcaniennes et hawaïennes. Il semble que le type péléen soit aussi, comme nous le verrons, largement représenté. Nous avons donc là, à une échelle presque lilliputienne, une collection de formes volcaniques dont la genèse est liée aux dynamismes les plus variés. Les puys et leurs coulées. — Aux manifestations volcaniques de carac tère strombolien on doit un grand nombre de cônes de scories, ou puys, aux formes souvent parfaitement fraîches, dans la plupart des cas dissymé triques ou égueulés. On en compte une soixantaine dans l'ensemble du massif qui sont encore bien conservés, et reconnaissables aisément sur les photo graphies aériennes de l'I.G.N. Il y en a sans doute eu davantage, les appareils les plus anciens n'étant plus actuellement identifiables. Ces puys, constitués par des matériaux projetés, lapilli, cendres, plus rarement blocs ou bombes, ont été à l'origine des principales coulées, la plupart de basanites, certaines d'ordanchites. A ce type appartiennent le Kitombolo et l'Ambohitritamerma, dont les coulées ont barré la vallée de la rivière Kitombolo, tout au Nord du massif ; le groupe des puys situés au Nord d'Analavory, dont les émissions coalescentes ont constitué la

Recently converted files (publicly available):