• Document: Objet d étude : Renaissance et Humanisme G.T : L éducation et le savoir au centre de la pensée humaniste. Texte 1 : Rabelais, Pantagruel
  • Size: 619.37 KB
  • Uploaded: 2018-10-15 10:01:42
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

Objet d’étude : Renaissance et Humanisme G.T : L’éducation et le savoir au centre de la pensée humaniste Texte 1 : Rabelais, Pantagruel Présentation de l’auteur • François RABELAIS : Quelques repères Naît en 1483 (ou 1494) – Meurt en 1553. Il est une des grandes figures de l’humanisme. Rabelais est d’abord moine dans un couvent, savant et très intéressé comme tous les humanistes par les langues anciennes et le retour aux textes. Il devient prêtre en 1528 puis fait des études de médecine à Paris et à Montpellier. En 1532 il publie Pantagruel et en 1535, Gargantua. (Voir manuel pp. 430-431) Présentation de l’œuvre et de l’extrait • Pantagruel est le premier livre publié par Rabelais en 1532. Il s’est inspiré d’un roman populaire publié la même année, qui s’intitule « Les grandes et inestimables chroniques du grand et énorme géant Gargantua ». Rabelais reprend donc la forme romanesque, l’humour et les personnages inventés et déformés des géants. Ce sont des personnages atypiques, qui nous ressemblent par certains aspects et en même temps sont très différents et en distorsion par rapport à la réalité. • Le chapitre VIII : Gargantua vit en Utopie, et il envoie une longue lettre à son fils Pantagruel, qui se trouve à Paris. Le chapitre VIII est constitué de cette longue lettre dont nous n’avons ici qu’un extrait. C'est pourquoi, mon fils, je t'admoneste d'employer ta jeunesse à bien profiter de tes études. Tu es à Paris, tu as ton précepteur Épistémon : l'un peut te donner de la doctrine par ses instructions vivantes et vocales, l'autre par des exemples louables. J'entends et veux que tu apprennes les langues parfaitement : d'abord la grecque, comme le veut Quintilien. Puis la latine. Puis l'hébraïque pour l'Écriture sainte, ainsi que la chaldaïque et l'arabe. Et que tu formes ton style, pour la grecque à l'imitation de Platon, et pour la latine, de Cicéron. Qu'il n'y ait d'histoire que tu n'aies présente à la mémoire, à quoi t'aidera la cosmographie. Les arts libéraux, géométrie, arithmétique, musique, je t'en ai donné quelque goût quand tu étais encore petit, vers tes cinq six ans. Continue le reste : et sache tous les canons d'astronomie ; laisse l'astrologie divinatrice et l'art de Lulle, abus et vanités. Du droit civil, je veux que tu saches par cœur les beaux textes, et que tu les rapproches de la philosophie. Quant à la connaissance des sciences naturelles, je veux que tu t'y adonnes avec zèle ; qu'il n'y ait mer, rivière ni fontaine dont tu ne connaisses les poissons ; tous les oiseaux de l'air ; tous les arbres, arbustes, et fruitiers des forêts, toutes les herbes de la terre ; tous les matériaux cachés au ventre des abîmes, les pierreries d'Orient et de l'Afrique : que rien ne te soit inconnu. Puis avec soin, relis les livres des médecins : grecs, arabes, latins, sans mépriser les talmudistes et cabalistes ; et, par de fréquentes dissections, acquiers la parfaite connaissance de ce second monde qu'est l'homme. Et, pendant quelques heures chaque jour, commence à apprendre les Saintes Écritures : d'abord le Nouveau Testament en grec, et les Épîtres des apôtres, puis en hébreu l'Ancien Testament. En somme, que je voie un abîme de science. […] Mais parce que, selon le sage Salomon, sagesse n'entre pas dans une âme mauvaise, et que science sans conscience n'est que ruine de l'âme, il te faut servir, aimer et craindre Dieu, et mettre en lui toutes tes pensées et tout ton espoir, et, par une foi orientée par la charité, lui être uni au point que tu n'en sois jamais séparé par le péché. Problématique : ? C'est pourquoi, mon fils, je t'admoneste d'employer ta jeunesse à bien profiter de tes études. Tu es à Paris, tu as ton précepteur Épistémon : l'un peut te donner de la doctrine par ses instructions vivantes et vocales, l'autre par des exemples louables. J'entends et veux que tu apprennes les langues parfaitement : d'abord la grecque, comme le veut Quintilien. Puis la latine. Puis l'hébraïque pour l'Écriture sainte, ainsi que la chaldaïque et l'arabe. Et que tu formes ton style, pour la grecque à l'imitation de Platon, et pour la latine, de Cicéron. Qu'il n'y ait d'histoire que tu n'aies présente à la mémoire, à quoi t'aidera la cosmographie. Les arts libéraux, géométrie, arithmétique, musique, je t'en ai donné quelque goût quand tu étais encore petit, vers tes cinq six ans. Continue le reste : et sache tous les canons d'astronomie ; laisse l'astrologie divinatrice et l'art de Lulle, abus et vanités. Du droit civil, je veux que tu saches par cœur les beaux textes, et que tu les rapproches de la philosophie. Quant à la connaissance des sciences naturelles, je veux que tu t'y adonnes avec zèle ; qu'il n'y ait mer, rivière ni fontaine dont tu ne connaisses les poissons ; tous les oiseaux de l'air ; tous les arbres, arbustes, et fruitiers des forêts, toutes les herbes de la t

Recently converted files (publicly available):